Jumelage

Ablis-Wendelsheim, une histoire exemplaire

 

La rencontre de deux hommes vers la fin de la guerre

Pour les deux communes la réconciliation est passée par le football.

Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, dès 1945, la rencontre de deux hommes jeunes, l’un français, l’autre allemand, posa les jalons pour la réconciliation et l’amitié entre les habitants des deux villages.

Alfred STRAUB, au moment où il rencontre Tom Vantheemsche a déjà une longue histoire derrière lui. A peine avait-il réussi son examen de coiffeur qu’il est incorporé dans le Service du Travail en 1942 (à 18 ans). En 1943, il est appelé au service militaire et se retrouve combattant sur le front russe qui, lorsqu’il s’effondre, sous la poussée des armées soviétiques, laisse M.STRAUB errant dans le froid glacial et la peur, après l’encerclement en Pologne de son unité. En 1945, après la capitulation allemande, il est fait prisonnier par les Américains qui, trois mois plus tard, le livrent avec des milliers d’autres, aux autorités françaises. Enfermé dans un camp de prisonniers du Mans dans des conditions difficiles, il sera mis à disposition, en tant que travailleur, d’une famille de fabricant de pastel établie à Saint Martin de Bréthencourt. C’est ainsi, qu’il vint à Ablis avec deux autres prisonniers assister à la célébration du 165ème anniversaire de l’aventure aéronautique française qui commença par le vol de Pilatre de Rozier à bord d’une montgolfière. Le jour de cette manifestation eut lieu la rencontre avec Tom VANTHEEMSCHE. Ce dernier, dynamique capitaine de l’équipe de foot d’Ablis, invita Alfred STRAUB, lui-même amateur de football avant la guerre à Wendelsheim, à venir s’intégrer à l’équipe de l’Union Sportive sous la condition expresse qu’il ne parla pas allemand sur le terrain.

Monsieur VANTHEEMSCHE avait lui-même derrière lui une histoire fertile en rebondissement en cette période troublée. L’étudiant passionné de TSF avec son frère fait l’exode à vélo jusque dans le massif central. Revenu dans son village natal, il est actif auprès des Américains quand ceux-ci viennent délivrer Ablis de l’occupation. Il travaillera avec eux et les suivra jusqu’en Champagne dans leur marche vers l’Est. Ne pouvant contracter un engagement en bonne et due forme dans l’armée des Etats-Unis, il reviendra à Ablis. C’est alors, qu’il rencontre Alfred STRAUB et que, grâce au football, naquit leur amitié. Il faut reconnaître que le geste de Tom VANTHEEMSCHE et des autres envers le prisonnier allemand ne manquait pas de grandeur et d’ouverture d’esprit si l’on veut bien considérer que cela se passait après la guerre encore toute proche avec son cortège d’atrocités et de malheurs.

Alfred STRAUB libéré retourne à Wendelsheim en 1948, le 11 Novembre.

20 ans après…la rencontre des deux Maires

En 1968, il revient à Ablis et ce fut le premier contact avec Tom VANTHEEMSCHE, 20 ans après sa libération. Il invita l’équipe de football d’Ablis à venir jouer à Wendelsheim ce qui fut fait en 1969.
Un petit groupe de Wendelsheim, conduit par M.STRAUB et comprenant M.HASPEL, le Maire, vint à Ablis en 1977.
A l’occasion de cette rencontre amicale, le contact se noua entre les Maires des deux villages M.HASPEL et M.BARTH alors nouvellement élu.

Les deux hommes parfaitement bilingues et partageant le même objectif de réconciliation franco-allemande par la construction de l’Europe s’apprécièrent très rapidement et nouèrent des liens d’amitié qui s’élargirent aux deux familles.

Ensuite, les choses suivirent rapidement leur chemin.
Au printemps 1978, l’équipe de football d’Ablis, accompagnée d’une délégation de la Municipalité, se déplaça à Wendelsheim pour participer à l’inauguration du nouveau stade.
Au printemps suivant, c’est la chorale de Wendelsheim qui fit un crochet dans notre village, bientôt suivi par la Musique Municipale qui prêta son concours à l’inauguration de la fête d’été.

 

Le Village de Wendelsheim

Wendelsheim est un charmant et paisible village qui compte 1555 habitants.

Construit au flanc sud d’un large coteau au pied duquel court un ruisseau, notre commune jumelle est entourée de champs, de prairies pleines de fleurs sauvages comme autrefois. Des vignes courent à l’assaut de la colline couronnée d’une magnifique forêt protégée.

En 1972, dans le cadre d’un regroupement obligatoire, Wendelsheim a été associée à 16 autres communes dont Rottenburg-AmNeckar qui donne son nom à l’ensemble communal ainsi constitué et qui compte 42 819 habitants.

La ville centre, Rottenburg-Am-Neckar dont la fondation remonte vraisemblablement à l’ère romaine borde le fleuve Neckar et recèle de belles bâtisses anciennes.